Et en Nouvelle-Zélande ?

La Nouvelle-Zélande, c'est un des pays où le Père Noël passe en été. 
C'est aussi un pays immense (10 fois la superficie de la Belgique ; 1.600 km de long ; 15.000 km de côtes) qui compte moins de 5 millions d'habitants et plus de 50 millions de moutons. 
La nature y est omniprésente, luxuriante, et les grands espaces inhabités y sont nombreux (densité de 17,6 habitants par km² ; à comparer aux 376 en Belgique)
Les températures y sont assez clémentes tout au long de l'année : grâce au climat tempéré et océanique, elles oscillent généralement entre 0° et 31°.
Les Kiwis (c'est ainsi que les habitants se nomment eux-mêmes) sont très ouverts, très détendus, très accueillants.

Tout bénéf' pour le naturisme ?

publié le 19 mars 2018

sant claus nz b  

J'ai eu l'occasion d'aller en Nouvelle-Zélande en février 2018, pour un court séjour professionnel.
En bon naturiste, je me suis demandé s'il était possible de profiter de quelques endroits en tenue d'Adam.

Eh bien, c'est le cas !
Il y a une vngtaine de clubs naturistes en Nouvelle-Zélande et plusieurs centres de vacances naturistes sont dispersés sur tout le territoire. Il existe également une Fédération Néo-Zélandaise de naturisme appelée "Go natural".
Preuve de la vitalité du mouvement chez les Kiwis : en novembre 2016 (le printemps local, donc), la FNI a tenu son congrès à Wellington.

eight_col_10380055_374555049364522_8357465473079068961_o.jpgDe plus, c'est le cas partout !
La Nouvelle-Zélande a en effet une politique très libérale en la matière, dont les principes sont assez simples :

  • Si on n'autorise le naturisme qu'à certains endroits, cela risque d'attirer les voyeurs et de troubler l'ordre public
  • Le naturisme est donc autorisé partout et, en conséquence, il n'y a pas de "spot" particulier à visiter pour ces voyeurs (mais il y a bien sûr quelques endroits qui se prêtent particulièrement bien à la pratique de la nudité et où les naturistes se retrouvent préférentiellement)
  • Toutefois, les pratiquants doivent veiller à se délasser à l'écart, en particulier des familles non-naturistes avec enfants

Confiance et auto-régulation : voici assurément une politique ouverte dont nos responsables politiques pourraient s'inspirer !

Capture plein écran 19032018 105355

A l'opposé, une autre image me reste de ce court séjour : celle des touristes chinoises, assez nombreuses sur place en février.

Ces Chinoises en goguette se promenaient toutes avec, sur la tête, des chapeaux aussi immenses qu'improbables. Elles portaient aussi d'énormes lunettes de soleil qui leur mangeaient le visage, de longues robes à manches tout aussi longues et des gants. Rien ne dépassait, rien n'était exposé !

Ce n'était pourtant pas une question de pudeur. Rien à voir avec la burqa, donc.

Simplement, par dessus tout, les Chinoises redoutent ce soleil qui leur donnerait un teint hâlé. Car, dans leur pays, une peau bronzée, même légèrement, est synonyme de "paysannerie". C'est au point que, à la plage, certaines portent une sorte de cagoule pour garder leur visage pâle.
Bref, leur staut social dépend hautement de la blancheur de leur peau !
Voilà donc une bonne raison pour elles de ne pas pratiquer le naturisme !

(il est à noter, quand même, que les Chinois mâles ne sont pas soumis au même régime : ils se promènent en short et t-shirt.)

Mais ne rions pas, ne nous moquons pas ! 
Car il fut un temps où, sous nos latitudes, c'était exactement la même chose : il était de bon ton, pour les "gens de la haute", d'avoir une peau de lait afin de se distinguer de la piétaille des campagnes...

Édith O.
aka Benoit Collet, secrétaire de Natmur ASBL